Aphorismes de Jeanne d'Arc, de la Pucelle d'Orléans et simplemente de la Vierge de la France

«Aliis inserviendo, ipse consumor»

 *** 

« Hors les faits de guerre c'était une jeune fille- bien simple, mais pour les choses de guerre, porter les armes, réunir une armée, prendre des dispositions pour l'attaque, diriger l'artillerie, elle était fort entendue. Tous admiraient qu'elle pût agir avec tant de sagesse et de prévoyance, comme l'eût fait un capitaine qui aurait guerroyé pendant vingt ou trente ans ; c'était surtout dans sa manière de se servir de l'artillerie qu'elle était admirable (1). »

Le duc d'Alençon. Chronique de la Pucelle, p. 278. — Chronique de Jean Chartier, I, 2-77. 

*** 

«Dans les choses de la  guerre, pour conduire et déployer des troupes, prendre les dispositifs du combat, et entraîner les hommes, elle se comportait comme si elle avait été le plus habile capitaine du monde (3). »

Huald d’Armagnac.

*** 

«Jeanne d'Arc est le symbole de la liberté et de la résistance à l'oppression. Elle est un symbole actuel, contraire à toute la politique de Nicolas Sarkozy depuis 5 ans»

Louis Alliot. Le Front national.   L'héritage de Jeanne d'Arc, enjeu politique. Election présidentielle.  2012    6 janvier 2012

 http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Sarkozy-et-Le-Pen-se-disputent-l-heritage-de-Jeanne-d-Arc-446659/

*** 

«…Il ne faut pas être naïf : cette campagne autour de Jeanne princesse royale recouvre des enjeux politiques qui dépassent largement vos persiflages sur l’assurance et le piquant des "mandarins". J’espère ne rien vous apprendre en écrivant que Jeanne d’Arc a été un personnage instrumentalisé par divers courants politiques depuis 1870, pour la reconquête de l’Alsace-Lorraine ; pour la canonisation ; par Vichy et par les Gaullistes (avec la croix de lorraine) ; par l’OAS et par le Pen, et  aujourd’hui pour ou contre l’Europe ; et que le personnage véhicule divers messages politiques en France et à l’étranger (y compris des discours féministes au Canada et des symboles de résistance à l’envahisseur en Corée du sud). Les théories survivo-bâtardisantes que vous défendez ont deux origines : les survivistes sont antireligieux et espéraient dès 1886 qu’en faisant de Jeanne une mère de famille ils casseraient la dynamique de la canonisation, achevée en 1920. Les bâtardisants sont généralement monarchistes et considèrent depuis Pierre Caze en 1818 que le peuple n’est pas en mesure de donner naissance à des héros : il faut que Jeanne soit noble. Les deux théories ont fusionné en 1932 sous la plume de Jean Jacoby mais leur argumentation repective reste inconcicliable. C’est pourquoi je signalais qu’il était important de savoir de quelle mère on parle à propos de Claude des Armoises, car la chose est utile pour savoir si on a affaire à un surviviste ou à un bâtardisant, précision peut-être un peu technique dont je regrette que vous n’ayez pas apprécié tout le piquant…»

Olivier Bouzy

 VRAIE JEANNE - FAUSSE JEANNE  - Commentaires par   Olivier Bouzy  - samedi 18 octobre 2008 à 14h44 -  http://www.gazettedorleans.fr/?VRAIE-JEANNE-FAUSSE-JEANNE

***

«…C’est là la grande différence entre un historien et un auteur bâtardisant : l’historien lit les textes du XVe siècle, le bâtardisant lit d’autres bâtardisants. Il est évident qu’il existe des quantités de mythes sur Jeanne d’Arc, mais je crois pouvoir être en mesure de vous prouver, textes originaux en main, que la naissance princière de Jeanne d’Arc est une autre légende, politiquement pas anodine, et peut-être seriez-vous surpris des arrière-plans des théories que vous défendez ainsi, bien innocemment, je veux bien le croire…»

 Olivier Bouzy

 VRAIE JEANNE - FAUSSE JEANNE  - Commentaires par   Olivier Bouzy  - samedi 18 octobre 2008 à 14h44 -  http://www.gazettedorleans.fr/?VRAIE-JEANNE-FAUSSE-JEANNE

***

«Dieu avait souffert que Jehanne fut prise parce qu’elle s’était constituée en orgueil.»

Regnault de Chartres, chancelier, archevêque de Reims.

*** 

 «Ce n’est pas une héroïne de notre temps. Elle fait partie de l’histoire de l’identité française, en un sens aussi de l’histoire universelle. Je ne pense pas qu’on puisse ni la récupérer, ni l’instrumentaliser»

Philippe Contamine, historien, ancien directeur du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans 

06.01.12 à 05h00  http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/01/06/jeanne-n-est-pas-un-enjeu

***

«Que pensez-vous de la thèse de la substitution : on aurait brûlé quelqu’un d’autre à sa place ? –

 

 - Cette idée n’a été réactivée qu’au XIX e siècle, quatre siècles après, pour contrer le processus de canonisation ! Cette théorie surviviste n’est pas plus fondée que la bâtardise supposée de Jeanne qui serait née des amours de Louis d’Orléans et de sa belle-sœur, Isabeau de Bavière. Alors même que son cas a tout de suite fait débat, pourquoi l’aurait-on dissimulé si elle avait été de sang royal ? C’était à la gloire de la maison d’Orléans. Qu’il ait fallu attendre Pierre Caze (1767-1849) pour que ce roman soit avancé me fait écarter cette thèse sans hésitation. Reste cette question essentielle : comment cette fille des champs, toute jeune, dans ce Domrémy assez éloigné du centre du pouvoir, s’est-elle pénétrée progressivement de cette idée de sauver le saint royaume de France. C’est ce que j’appelle le mystère de la vocation de Jeanne d’Arc.»

Philippe Contamine - historien, ancien directeur du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans,

 « Jeanne n’est pas un enjeu » 06.01.12 à 05h00

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/01/06/jeanne-n-est-pas-un-enjeu

***

«Sous l’Ancien Régime, elle était le signe que la Providence veillait sur la dynastie des Capétiens et des Bourbons. Entre 1870 et 1920, une partie de l’opinion française catholique et royaliste s’en est servie comme d’un étendard. Des républicains modérés, ou indifférents, se sont méfiés de cette icône : ils ont eu le choix entre la dévaloriser, ou la récupérer puisqu’elle avait été abandonnée et par son roi et par l’église. Sa canonisation en 1920 et l’instauration d’une fête nationale se sont faites dans une atmosphère d’unanimisme. Tout le monde y trouve son compte, a dit Maurice Barrès. à partir de ce moment-là, elle n’a plus été un enjeu politique, sauf de façon caricaturale et simpliste avec Jean-Marie Le Pen et le Front national.»

Philippe Contamine, historien, ancien directeur du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans

06.01.12 à 05h00  http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/01/06/jeanne-n-est-pas-un-enjeu

***

«Jeanne d'Arc, , voit son 600e anniversaire fêté d'une bien drôle de manière: Nicolas Sarkozy lui rend hommage à Domrémy et Marine Le Pen à Paris. En période électorale, les anniversaires sont scrutés à la loupe par les équipes en lice, qui jouent de toutes les ruses de calendrier. «Une sainte laïque se dessine sur l'esquisse de Jeanne la catholique. Une première figure de Jeanne d'Arc, républicaine, s'impose à la postérité. Le 8 mai 1982, un an après son élection, François Mitterrand se rend à Orléans, comme ses prédécesseurs, Charles de Gaulle et Valéry Giscard d'Estaing.»

Ariane Chemin: A qui appartient Jeanne d'Arc? Le Monde.fr | 05.01.12

 http://commentjevoislemonde.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/01/09/jeanne-d-arc-un-mythe-fondateur-de-l-histoire-de-france-a-qu.html

***

«La lecture historique du personnage de Jeanne d'Arc forgée en ce début d'année 2012, ne peut être seulement un étroit dialogue à distance entre la droite antisociale et l'extrême droite. Le « mythe Jeanne d'Arc » qui nous parvient, depuis 1920 sainte de l'Eglise catholique, est le fruit d'une histoire complexe et tumultueuse qui n'aurait pas du tout la même dimension si de grandes figures de la gauche socialiste, républicaine et laïque étaient restés inactives à la fin du XIXe siècle, mais avec une toute autre ambition que le résultat actuel.»

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Comprendre pourquoi et comment Jeanne d'Arc est devenue il y a moins d'un siècle un « mythe national » me semble plus utile que de revenir sur son épopée militaire en défense du falot roi Charles VII : une aventure de quelques années, prétendument menée par cette jeune femme de 19 ans à l'identité douteuse, réelle illuminée religieuse, dont la véracité est encore très discutable et d'ailleurs encore très discutée par les historiens sérieux qui ne confondent pas Histoire et catéchisme. Les lignes qui suivent reviennent donc sur la façon dont le mythe nous a été transmis et par qui.» 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Car de 1431, date de sa mort à Rouen, à la fin du XIXe, soit pendant plus de 450 ans, la figure de Jeanne d'Arc avait été quasiment oubliée sur le plan national. Quelques cérémonies avaient bien lieu chaque année à Domrémy ou à Orléans où elle était fêtée comme la libératrice, mais guère plus.» 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Après des siècles de quasi oubli, c'est l'historien républicain Jules Michelet en 1841, dans un chapitre de son Histoire de France, qui en fut en réalité le grand inventeur. Sous sa plume elle devient, de façon très critiquable et assez  fumeuse, un des symboles de la naissance balbutiante de l'idée de patrie. La voilà une sorte de figure républicaine, fille du peuple, héroïne de la patrie, oubliée par une monarchie ingrate et martyrisée par l'Eglise. D'autres historiens, républicain comme Jules Quicherat et socialiste comme Lucien Herr, lui emboîtent le pas. C'est le cas aussi de Jean Jaurès. Dès 1884, un député radical de l'Aveyron Joseph Fabre prend l'initiative d'un projet de loi instaurant une fête annuelle de Jeanne d'Arc. Dans son exposé des motifs, il fait valoir que les Etats-Unis ont, outre leur Independance Day, leur fête de Washington. Aussi la République française pourrait-elle instituer un complément du 14 juillet. Faut-il rappeler que la République est alors rétablie depuis moins de quinze ans ? Tout est bon pour la consolider. Mais ce projet est repoussé par une majorité qui pense que le projet risque d'être détourné par le clergé. Après un nouvel essai, et même son adoption par le sénat dix ans plus tard, le projet est néanmoins abandonné.» 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Parallèlement, l'Eglise catholique se réveille et sent poindre une menace dans cette volonté des seuls républicains de s'approprier Jeanne d'Arc. Le monde catholique est en train d'évoluer. Après avoir été longtemps attaché à la cause monarchique, et frontalement opposé à la République et à la France révolutionnaire, il est en train de comprendre que cette stratégie est vouée à l'échec car la République est installée et bénéficie d'un large soutien populaire. Monseigneur Dupanloup, évêque d'Orléans, cherche à reprendre la main dès 1869. Il a bien compris depuis la parution du livre de Jules Michelet que Jeanne risquait de lui échapper et devenir une machine de guerre contre l'Eglise. Pour cela, il veut retourner la difficulté et en faire le symbole de la bonne chrétienne, la bannière de la sainte Eglise catholique. Un long et complexe procès en canonisation va s'engager qui se conclura en 1920, plus de cinquante ans plus tard !»

 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Entre temps, l'affaire Dreyfus et la première guerre mondiale sont passées par là. Dans les réunions nationalistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, on clamait volontiers « Vive Jeanne d'Arc ! » « A bas les juifs ! ». Dans le quartier latin, les Camelots du Roi, organisation monarchiste antisémite, font le coup de poing contre un professeur de la Sorbonne, André Thalamas, qui avait osé remettre en cause durant l'un de ses cours la véracité des voix entendues par la jeune bergère de Domrémy. Ce sont ces Camelots qui, les premiers, vont fleurir la statue de Jeanne d'Arc le 8 mai 1909.» 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«En pleine guerre mondiale, en décembre 1914, c'est « l'Union sacrée » et Maurice Barrès, père de l'extrême droite française, fera adopter à l'Assemblée nationale une loi instaurant une fête nationale pour Jeanne d'Arc. Mais désormais pour lui, elle n'est plus que « l'incarnation de la résistance contre l'étranger ».

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Néanmoins, les femmes et les hommes de gauche, ayant une conception exigeante et généreuse de la République, doivent garder en mémoire la complexité de notre histoire. Elle représente un enjeu politique actuel. La France, la République, c'est nous ! Le 14 juillet 1935, lors d'un grand meeting de ce qui allait devenir le Front populaire, en réaction à une tentative de coup de force de l'extrême droite, le Prix Nobel Jean Perrin déclarait : « Ils nous ont pris Jeanne d'Arc, cette fille du peuple, abandonnée par le roi que l'élan populaire venait de rendre victorieux et brûlée par les prêtres qui depuis l'ont canonisée. Ils vont essayer de vous prendre le drapeau de 1789 (...) Ils vont enfin essayer de vous prendre cette héroïque marseillaise ». 

Alexis Corbière, Secrétaire National du Parti de Gauche et Conseiller de Paris , 06 Janvier 2012

 Alexis Corbière _ Jeanne d’Arc, un mythe disputé depuis plusieurs siècles

http:// www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/4737-jeanne-darc-un-mythe-dispute-depuis-plusieurs-siecles

***

«Quand j'étais à Orléans, j'ai suivi Jeanne pas à  pas sur le terrain de ses marches et contremarches et je suis arrivé à cette conclusion qu'elle avait agi en général consommé (2).»

Le général Davout, duc d'Auerstaedt. Cité par Sépet.   p. 354.

***

«D'une part, Jeanne est une enfant, de l'autre, le plus sage des conseillers et des capitaines, un intrépide soldat, un logicien fécond dans la dis­pute, un moraliste profondément versé dans la con­naissance du coeur humain, une visionnaire si l'on veut, mais une robuste, une saine, une normale créature, infiniment attachée aux pratiques du culte, exempte pourtant de toute superstition. Et comme elle comprend profondément la vérité militaire ! Comme elle voit clairement que où le brave triomphe, le timide succombera ! (3). 

Le général  russe Dragomiroff. Les étapes de Jeanne d’Arc. Extrait de la Revue des Deux Mondes. Paris,1899. In-8.

*** 

 «…pourtant les juges du procès n’étaient pas tous des prévaricateurs infâmes ; le chapitre de Rouen ne manquait ni de courage ni d’indépendance[88] ; il y avait parmi les universitaires, si violents contre Jeanne, des hommes estimés pour la doctrine et le caractère ; ils pensaient, la plupart, procéder vraiment en matière de foi ; à force de rechercher les sorcières, ils en voyaient partout ; ils faisaient brûler de ces femelles, comme ils disaient, tous les jours, et n’en recevaient que des compliments ; autant que Jeanne, ils croyaient à la possibilité des apparitions dont elle se disait favorisée, seulement ils étaient persuadés ou qu’elle mentait ou qu’elle voyait des diables ; l’évêque, le vice-inquisiteur et les assesseurs, au nombre de plus de quarante, furent unanimes à la déclarer hérétique et diabolique. Plusieurs sans doute s’imaginaient, par leur sentence, maintenir, contre les fauteurs du schisme et de l’hérésie, l’orthodoxie catholique et l’unité d’obédience ; ils roulaient bien juger. Et même les plus scélérats et les plus audacieux, l’évêque et le promoteur, n’auraient pas osé, pour contenter lès Anglais, enfreindre trop ouvertement les règles de la justice ecclésiastique. C’étaient des prêtres ; ils en avaient l’orgueil et le respect des formes. Par les formes on pouvait les atteindre ; on pouvait, au moyen d’une vigoureuse procédure, contrarier, arrêter, peut-être, la leur et prévenir la sentence funeste. Si l’archevêque de Reims, métropolitain de l’évêque de Beauvais, était intervenu dans le procès, s’il avait suspendu son suffragant pour abus ou pour toute autre cause, Pierre Cauchon aurait été fort embarrassé ; si, comme il se décida à le faire plus tard, le roi Charles VII avait fait intervenir la mère et les frères de la Pucelle ; si Jacques d’Arc et la Romée avaient protesté dans les formes contre une action judiciaire d’une partialité manifeste ; si le registre de Poitiers[89] avait été versé au dossier ; si les plus hauts prélats de l’obéissance de Charles VII avaient demandé un sauf-conduit pour venir témoigner à Rouen, en faveur de Jeanne ; si enfin le roi, son, conseil et toute l’église de France avaient réclamé l’appel au pape et au Concile, qui était de droit, le procès pouvait prendre une autre issue.

 Mais on eut peur de l’Université de Paris…»

ANATOLE FRANCE. VIE DE JEANNE D’ARC.1908.

http://www.mediterranee-antique.info/Moyen_Age/France_A/JDA/JDA_001.htm

***

«...La malheureuse Pucelle fut abandonnée par le clergé dont les croix naguère marchaient devant elle ; entre tous les maîtres de Poitiers il ne s’en trouva pas un seul pour s’offrir à témoigner dans le château de Rouen de cette innocence qu’ils avaient reconnue doctoralement dix-huit mois auparavant...»

ANATOLE FRANCE. VIE DE JEANNE D’ARC.1908.

http://www.mediterranee-antique.info/Moyen_Age/France_A/JDA/JDA_001.htm 

 

***

«Quant est de l'ostel de mon père,

 Il est en pays de Barois;

Gentilhomme et de noble affaire,

Honneste et loyal François» 

Mystèry de Siège d'Orléans, 1435.  

***

 «Ayez en souvenance...

Comment Orléans eult délivrance...

L'an mil iiijcxxix:

Faites en mèmoire tous dis:

Des jours de may ce fut le neuf»

 

Mystèry de Siège d'Orléans, 1435.   

***

«...ayant été livrée au feu du bucher par les hommes, qui étaient surtout les ennemis du Saint-Siège»

- Decret de beatification et canonisation de Jeanne d’Arc.

  Цит. из Д.Мережковский. С.252. Petit  de Julleville.206.

***

«Jeanne d'Arc n'appartient à personne en particulier, elle est à tous les Français»

 Harlem Désir 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/jeanne-d-arc-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen-se-disputent-l-heritage-06-01-2012-1556008.php

***

«Il est bien étrange de voir celui qui ne cesse d'expliquer aux Français que la solution à leurs problèmes passe par une soumission toujours plus poussée aux institutions supranationales européennes et à l'Allemagne - ou bien encore aux forces du marché et aux agences de notation -

 vanter aujourd'hui celle qui donna autrefois sa vie pour rendre à notre pays sa liberté !" "Jeanne d'Arc aimait la France. Elle l'a libérée de l'oppression. Nicolas Sarkozy l'a mise sous tutelle» 

Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la République à l'Elysée 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/jeanne-d-arc-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen-se-disputent-l-heritage-06-01-2012-1556008.php

***

«De fait, le royaume n’appartient pas au dauphin. Mais Messire veut que le dauphin soit fait roi et qu’il ait le royaume en commande...

- Qui est Messire ? – Le Roi du Ciel.»

Jeanne La Pucelle 

Цит. По Д.Мережковский, 1938. (1997) С.256. Ссылка на Procès .T. II. 456. 

*** 

«Moi je trouve bizarre, alors que nous sommes confrontés à la plus grave crise depuis au moins la deuxième Guerre mondiale, d'aller chercher l'inspiration dans la figure de Jeanne d'Arc. C'est une personnalité médiévale, c'est la pucelle qui a bouté hors de France les Anglais, ce n'est pas le symbole que nous cherchons aujourd'hui» 

 Eva Joly, 6.01.2012 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/jeanne-d-arc-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen-se-disputent-l-heritage-06-01-2012-1556008.php

*** 

«Elle aima tant la France que la France, touchée, se mit à s'aimer elle-même».

 Jules  Michelet

***

«La canonisation fut, une canonisation largement politique, le visage de Jeanne n'y apparaît pas dans sa complexité : il fut masqué par le rappel des sacrifices faits par la France au cours des quatre années de guerre, la nécessité de couper court à la rivalité entre la sainteté laïque selon Michelet et la sainteté chrétienne. Après la vénérabilité (1894), la béatification (1909) n'était qu'une étape : elle avait largement achoppé aux nécessités du procès en cour de Rome qui étaientt les preuves de miracles, et n'avait été finalement obtenue que pour renforcer la réconciliation les catholiques avec la République. La canonisation (20 juillet 1920) était un autre pas en ce sens, curieusement, elle repoussa le personnage proprement historique dans une ombre nouvelle. Les Républicains se détournèrent quelque peu d'une figure devenue par trop religieuse, et les villes johanniques furent une exception à cette désaffection réelle et malheureuse d'une partie des Français. Les ultra nationalistes, catholiques ou non, ne se rapprochèrent pas d'un régime démocratique toujours honni et promurent Jeanne comme défenseur de la pureté nationale, avec toute la xénophobie que cela suppose. Ils l'utilisèrent contre les "métèques", les juifs du Front Populaire, bien sûr contre les Anglais dans la France de Vichy, et plus près de nous, ils la brandissent contre tous les immigrés. Ils l'utilisent aussi contre les "grands" et les institutions de tous bords, qui auraient abandonné la Pucelle, mariant ainsi, ce qui n'est pas nouveau, le populisme à l'intolérance. 

De ces faux amis, éeacute;touffants et déformants, la figure de Jeanne doit être fermement dégagée : l'historiographie de Jeanne est un autre champ d'étude que l'histoire de Jeanne. Il faut absolument que cette formule admirable de vérité de Gustave Lanson en 1907 ne soit plus applicable de nos jours : 

 "Dans un pays où l'on peut dire à peu près tout ce que l'on veut de Dieu, il n'est pas permis de parler librement de Jeanne d'Arc " (cité par G. Krumeich, op. cit. , p. 242).»

C'est la mission du Centre Jeanne d'Arc d'ouvrir à tous l'immense champs des sources et des interprétations sur Jeanne, d'accueillir librement la discussion et d'exercer en toute rigueur son devoir de critique ».

 Françoise Michaud-Fréjaville. VIE DE JEANNE D'ARC.   http://www.jeannedarc.com.fr/centre/textviejeanne.htm

***

«Sa méthode tactique a un caractère essentiel­lement offensif qui tira sa puissance de la conver­gence des forces obtenues par la désignation  des objectifs, de la rapidité de l'action, de son impul­sion personnelle et de la valeur de son exemple. Méthode énergique et vigoureuse, ennemie de tout individualisme, qui recherchait la décision et tran­chait sur les idées d'un temps où l'on préférait  objectifs disséminés, la guerre de siège, la guerilla (1).»

Le général  italien Visconti Prasca. Jeanne d’Arc ; traduit de l’italien par Jean Godfrin. Paris, 1938.- in-4.

*** 

«Jeanne d'Arc appartient à notre histoire, elle joue un rôle symbolique éminent, elle n'est pas la propriété du Front national» 

Vincent Peillon 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/jeanne-d-arc-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen-se-disputent-l-heritage-06-01-2012-1556008.php

***

«…Jeanne d'Arc appartient à tous les Français» 

Marine Le Pen 

http://www.francetv.fr/2012/sarkozy-et-le-pen-se-disputent-la-figure-de-jeanne-darc-26673

***

«…si notre action et le désir qu'il a de nous ressembler le pousse à rendre hommage à Jeanne d'Arc, je m'en félicite…» 

Marine Le Pen

 http://videos.tf1.fr/infos/2012/jeanne-d-arc-marine-le-pen-replique-a-nicolas-sarkozy-6923389.html

***

«Jeanne, c'est la France!»

Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012

 Dossier : élection présidentielle 2012

***

«En tant que chef de l'Etat, je me devais de rendre aujourd'hui, ici, sur sa terre de naissance, cet hommage solennel que la France rend à ceux auxquels elle doit sa liberté et sa grandeur »

Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/jeanne-d-arc-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen-se-disputent-l-heritage-06-01-2012-1556008.php

***

«Jeanne n'appartient à aucun parti, à aucun clan, elle est universelle, elle fait partie de notre identité nationale». 

Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012 : Vosges - Sarkozy : "Jeanne d'Arc est universelle"

 Par Jean-Christophe DUPUIS-REMOND

 http://lorraine.france3.fr/info/vosges---sarkozy--jeanne-d-arc-est-universelle-71652245.html

***

«Jeanne aime la France, elle n'appartient à aucun parti, à aucune faction, à aucun clan, Jeanne, c'est la France dans ce qu'elle a de plus singulier»

 Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012

 Mis à jour le 09/01/2012 à 18:15 | publié le 06/01/2012 à 19:49

Pour Sarkozy, Jeanne d'Arc n'appartient à «aucun clan» Par Charles Jaigu

 http://www.lefigaro.fr/politique/2012/01/06/01002-20120106ARTFIG00608-pour-sarkozy-jeanne-d-arc-n-appartient-a-aucun-clan.php

 ***

«Puissions-nous aussi continuer à penser à elle comme le symbole de notre unité et ne pas la laisser entre les mains de ceux qui voudraient s'en servir pour diviser»

Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012

Mis à jour le 09/01/2012 à 18:15 | publié le 06/01/2012 à 19:49

Pour Sarkozy, Jeanne d'Arc n'appartient à «aucun clan» Par Charles Jaigu

 http://www.lefigaro.fr/politique/2012/01/06/01002-20120106ARTFIG00608-pour-sarkozy-jeanne-d-arc-n-appartient-a-aucun-clan.php

***

«Pour l'église, Jeanne est une sainte, pour la République elle est l'incarnation des plus grandes vertus françaises»

 Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012

Mis à jour le 09/01/2012 à 18:15 | publié le 06/01/2012 à 19:49

Pour Sarkozy, Jeanne d'Arc n'appartient à «aucun clan» Par Charles Jaigu

 http://www.lefigaro.fr/politique/2012/01/06/01002-20120106ARTFIG00608-pour-sarkozy-jeanne-d-arc-n-appartient-a-aucun-clan.php

***

"Pour la République, Jeanne est l'incarnation du patriotisme, qui est l'amour de son pays sans la haine des autres. (...) Jeanne n'appartient à aucun parti, à aucune faction, aucun clan"

 Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2012

Sarkozy : Jeanne d'Arc "n'appartient à aucun parti"

 Créé le 06-01-2012 à 12h53 - Mis à jour à 15h58

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120106.OBS8229/sarkozy-jeanne-d-arc-n-appartient-a-aucun-parti-a-aucune-faction-aucun-clan.html

***

"...Il y a une morale; ceux qui mentent, ceux qui font défaut doivent être condamnés par la justice."

Nicolas Sarkozy.

Publié le 30.04.2012, 16h13 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/financement-suppose-par-khadafi-sarkozy-va-porter-plainte-contre-mediapart-30-04-2012-1978950.php

***

«Le mot de "patriotisme" n'avait aucun sens au XVe siècle, la patrie n'existait pas, les frontières évoluaient au gré des traités et guerres. "Français" un jour, "Bourguignon" le lendemain, voire "Anglais" le surlendemain. Quand Jeanne, à Bourges par exemple, disait "Je veux aller en France" elle voulait dire qu'elle souhaitait se rendre "en "Île-de-France".» 

 Alain VAUGE

auteur de "J'ai nom Jeanne la Pucelle, Journal d'une courte vie", Editions Bénévent (vient de paraître).

*** 

«Rendons Jeanne d'Arc à l'Histoire, au même titre que Vercingétorix ou Charlemagne. Mieux la connaître, avec ses forces et ses faiblesses, dans le contexte de l'époque, peut contribuer à la "désacralisée" et la rendre ainsi moins "nationale" aux yeux des laudateurs intéressés et empressés. Le meilleur service à lui rendre, c'est de la démythifier et de l'envisager seulement sous l'angle d'une jeune fille de dix-sept ans, de chair et de convictions (qui ne sont pas forcément celles que l'on voudrait voir).»

 Alain VAUGE

auteur de "J'ai nom Jeanne la Pucelle, Journal d'une courte vie", Editions Bénévent (vient de paraître).  

***

«Dites-moi où, n'en quel pays,

Est Flora la belle Romaine,

La reine Blanche comme un lis

Qui chantait à voix de sirène,

Et Jeanne, la bonne Lorraine

Qu'Anglais brûlèrent à Rouen;

Où sont-ils, où, Vierge souveraine?

Mais où sont les neiges d'antan?»

  François Villon 

*** 

«A  notre époque où se perd le sens du sacré, où tout est remis en question, la  religion comme le patriotisme, nous avons besoin plus que jamais du secours permanent de sainteté et des exemples qu’elle nous a légués de sa foi et de son amour de la France »

 Le Général d’Armée Weygand, de Paris, 17  juillet  1956.