Les crânes du caveau royal de Notre-Dame de Cléry : Louis XI (1 re partie)

 

L’étude craniologique des crânes du sarcophage du roi de France Louis XI (1461+1483) dans la sépulture (caveau) de la basilique de Notre-Dame de Cléry, dans la ville de Cléry-Saint-André, le département Loiret, France.

 

deuxième traduction de mon texte* est realisée en  2013  par L.N. Ivko . 

 

L'article original en russe -

Оригинал статьи на русском языке

 

      © Сергей Александрович Горбенко. 

 

Краниологическое исследование черепов из саркофага короля Франции  Людовика ХІ (1461 +1483), в усыпальнице (склепе) базилики Нотр-Дам де Клери, в городе Клери-Сан-Андрэ, департамент Луаре, Франция.

  

Le but initial de ces recherches était l’étude des crânes et la création des portraits documentaires et sculpturaux d’après les crânes du couple royal: de Louis XI et de son épouse, la reine Charlotte de Savoie, enterrés dans la basilique de Notre-Dame de Cléry à Cléry-Saint-André, du département Loiret en France. Dans son ensemble, le travail est réalisé comme une étape du programme de recherche scientifique de l'Institut et du Musée de la reconstruction anthropologique "Galerie de portraits des personnes historiques du Moyen Age» et du programme « Galerie de portraits des chevaliers du Moyen Age", proposés par l'auteur de cette étude.

 

La sépulture du roi Louis XI à Cléry-Saint-André est un des rares monuments historiques ayant l'importance non seulement nationale, mais aussi internationale parce que la plupart des tombeaux et des restes réels des rois de France n'étaient pas conservés intacts actuellement. Les restes sont brouillés, les tombeaux sont détruits, pillés et anéantis en conséquence des guerres et des révolutions. Ceci dit, l'étude avait initialement deux tâches: non seulement d'étudier les crânes et de créer d’après eux deux portraits - reconstructions selon le crâne, mais aussi d'étudier les particularités morphologiques et anthropologiques de ces crânes, les décrire en détail afin que par la suite le matériel de l'étude craniologique puisse être utilisé par nos collègues pendant le travail avec les autres crânes de la dynastie de Valois, si telle necessité surgit.

 

L’état des crânes de Louis XI et de Charlotte de Savoie, exposés dans le sarcophage de Louis dans la basilique de Notre-Dame de Cléry, au moment de l'étude le 28 août 2001.

 

Au moment de cette étude dans la sépulture royale, située juste à droite du monument sculpté par Michel Burdan en 1617 - 1622 (fig.1) au centre de la basilique (voir le schéma donné dans l’ouvrage de L. Jarry), dans une fenêtre spécialement préparée dans le nouveau couvercle du grand sarcophage pour un adulte (le vieux couvercle du sarcophage n'a pas été conservé) deux crânes sont exposés . Ils étaient présentés à l'auteur de cette étude le 28 août 2001 comme les crânes du roi Louis XI et de son épouse, la reine Charlotte de Savoie.

 

 

 

Fig.1. Monument à Louis XI, situé à gauche de la sépulture royale, le travail de Michel Bourdan (1617-1622). Le 28 août 2001. Photo de L.V.Gorbenko.

 

Puisque tous les deux crânes n'étaient pas entièrement conservés mais leur fragments étaient exposés avec les fragments d'os d'autres crânes et d'autres os du squelette, pour faciliter la description des crânes et des os étudiés, nous les appelons complexes selon le nom des personnes qu'ils représentaient, à savoir: le complexe de Louis XI et le complexe de Charlotte de Savoie. Le complexe de Louis XI se trouvait à droite et celui de Charlotte de Savoie était à sa gauche si le visiteur regarde directement le sarcophage et se met face à la sculpture de Notre Dame de Cléry et à l'autel, et en même temps, au sarcophage (fig. 2, 3).

 

Поскольку, оба черепа не сохранились полностью, а (их фрагменты) выставлялись совместно с костными фрагментами от других черепов и др. костей скелета, для удобства описания изучаемых (фрагментов) черепов и (других) костей мы назовем их комплексами по имени персон, которых они представляли, а именно: комплекс Людовика ХІ и комплекс Шарлотты Савойской. Комплекс Людовика ХІ находился справа, а комплекс Шарлотты Савойской слева от него при  прямом взгляде на саркофаг, если  посетитель стоит лицом к скульптуре Св. Богородицы Клери и алтарю, и  одновременно, лицом к саркофагу (рис.2, 3).

 

 

Fig.2. Les complexes craniens étudiés : celui de Louis XI – à droite, celui de Charlotte de Savoie - à gauche. Vitrine du "sarcophage de Louis XI» (vue avant l'étude). Photo le 28 août 2001 de L.V.Gorbenko.

 

 

 

Fig. 3.1. La sépulture de Louis XI - la carte postale des Editions «Valoire-Blois».

 

 

 

 

Fig. 3.2. Le verso de la carte postale: la sépulture de Louis XI - carte postale des Editions «Valoire-Blois» signée par l'employé d'un bureau de tourisme avec l’explication: « le crâne de Charlotte de Savoie est scié, l’autre crâne est à Louis XI».

 

Avant la production des moules des crânes du roi et de la reine pour les moulages tous les os des deux complexes craniens et 4 os verts, trouvés dans un grand sarcophage, ont été photographiés et décrits par nous (fig. 4, 5).

 

 

Fig. 4. Les complexes craniens représentant soi-disant les crânes du roi Louis XI (à droite - le couvercle scié du crâne et deux mâchoires) et de son épouse, la reine Charlotte de Savoie (à gauche - le crâne scié, s’appuyant sur la mâchoire inférieure de la teinte verte). Entre les deux "crânes du couple royal" est la deuxième vertèbre cervicale du squelette du chevalier Tanneguy du Châstel. Vue de face. Cléry- Saint-André, 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

 

 

 

Fig. 5. Les complexes crâniens représentant soi-disant les crânes du roi Louis XI (à droite - le couvercle scié du crâne et deux mâchoires) et de son épouse, la reine Charlotte de Savoie (à gauche - le crâne scié, s’appuyant sur la mâchoire inférieure de la teinte verte). Entre les deux "crânes du couple royal" est la deuxième vertèbre cervicale du squelette du chevalier Tanneguy du Châstel. Vue d’en haut. Cléry-Saint-André, 2001. Photo de  S.A.Gorbenko.

 

Entre les restes des têtes de deux personnes il y avait la deuxième vertèbre cervicale avec une inscription soignée sur la surface articulaire supérieure "Tanneguy du Châstel".

 

La carte postale de Cléry-Saint- André (voir fig. 3) reflète assez exactement l'emplacement des complexes au moment de l'étude.

 

Ci-dessous nous donnons

 

La description détaillée des os des deux complexes crâniens imitant les crânes du roi Louis XI et de la reine Charlotte de Savoie:

 

Le complexe des os du "crâne du roi Louis XI":

 

1.Le couvercle du neurocrâne scié dans le plan horizontal (fig.6, 7).

 

2. La mâchoire supérieure représente la partie antérieure du corps de la mâchoire supérieure qui n’arrive qu’à la limite inférieure de l’échancrure piriforme et l’apophyse alvéolaire qui représente en complexe l'arcade alvéolaire avec la seule dent conservée (première prémolaire à droite) et l’apophyse palatine (fig. 6). De son vivant  la deuxième prémolaire et la première molaire à droite ont été arrachées.

 

3. La mâchoire inférieure est bien conservée (seulement l’apophyse coronoїde de la branche de la mâchoire à gauche est absente), les alvéoles sont bien accusés. Bien que nulle dent n’ait pas été conservée, on peut juger de la profondeur et l’expression des alvéoles que du vivant de cet individu la plupart des dents a été conservée, seulement la première molaire à droite et les première et deuxième molaires à gauche ont été arrachées de son vivant.La mâchoire inférieure convient parfaitement à la mâchoire supérieure d’après la forme de l’apophyse alvéolaire et le diamètre des alvéoles. Cela témoigne de ce que toutes les deux mâchoires appartiennent à la même personne. (fig. 8).

 

 

 

Fig. 6. Les fragments des crânes du complexe de Louis XI, avec les fragments du crâne vert, découverts par nous dans le sarcophage royal (vue de face). (A droite des mâchoires il y a la deuxième vertèbre cervicale et un fragment du sternum scié).

Cléry-Saint-André, le 28 août 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

 

 

Fig. 7. Les fragments d'os des crânes du complexe de Louis XI, avec les fragments du crâne vert, découverts par nous dans le sarcophage royal (vue d’en haut). (A droite des mâchoires il y a la deuxième vertèbre cervicale et un fragment du sternum scié).

Cléry-Saint-André, le 28 août 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

 

 

 

Fig. 8. Les mâchoires supérieure et inférieure du "crâne de Louis XI» appartenant au même individu du sexe féminin. Cléry-Saint-André, le 28 août 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

Le complexe des os du "crâne de la reine Charlotte de Savoie":

 

1. Le crâne scié sans le couvercle assez bien conservé, seulement les sommets des apophyses mastoїdes sont détruits, les parties distales des deux os du nez, les cornets nasals et la cloison nasale et un peu de plaques orbitales du corps de la mâchoire supérieure sont absents. Sur l’arcade alvéolaire de la mâchoire inférieure il y a une seul dent noire, très pourrie presque jusqu’ au niveau de la couronne - 5e, la deuxième prémolaire à gauche. Sur l'arcade alvéolaire les alvéoles sont parfaitement conservés, à droite pour neuf dents, à gauche pour sept dents, excepté  la deuxième prémolaire. Ainsi, au moment de la mort de cet individu toutes les dents de la mâchoire supérieure ont été conservées (fig. 9, 10.).

 

2. La mâchoire inférieure d’une couleur plus foncée que le reste du crâne avec une teinte verte visible dans la partie inférieure du corps et sur les branches. Bien que les alvéoles de la mâchoire n'aient pas de dents, on peut juger d’après les alvéoles bien conservés que de son vivant la majorité des dents ont été conservées, seuleument les 4e ,6e ,7e dents à droite et  la 5e dent à gauche ont été arrachées de son vivant. La mâchoire inférieure se compose de trois fragments, la branche gauche est cassée dans la région de l’alvéole de la 6e dent. A son tour, le fragment cassée se compose de deux pièces. L'une d'elle est collée au fragment principal de la mâchoire. De toute évidence, quelqu'un essayait de la restaurer.

 

3. Les première et deuxième vertèbres cervicales qui se conviennent bien selon les surfaces articulaires. La première vertèbre cervicale convient parfaitement aux condyles de l’occipital du crâne.

 

 

 

Fig. 9. Les fragments de crânes de 2 personnes du sexe masculin du complexe de Charlotte de Savoie (vue de face). Cléry-Saint-André, le 28 août 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

 

 

Fig. 10. Les fragments de crânes de 2 personnes du sexe masculim du complexe de Charlotte de Savoie (profil). Cléry- Saint-André, le 28 août 2001. Photo de S.A.Gorbenko.

 

Tout d'abord, il fallait évaluer la possibilité de fabriquer la reconstruction plastique selon les deux crânes représentés, les décrire, établir le sexe et l'âge et faire leurs moules pour la fabrication des moulages.

 

Tableau 1.

 

Les indices craniométriques des complexes des crânes de Louis XI et de Charlotte de Savoie (mm).

 

 

Indices craniométriques        

complexe  de

« crâne de Louis XI »

complexe

« crâne de Charlotte de Savoie»

La longueur de la base du crâne

-

110,5

La largeur minimale du front

-

103,8

La hauteur de l’apophyse nasale de l'os frontal  

-

6,6

La largeur de la base du crâne                             

-

120,4

La largeur de la base de la nuque

-

110,0

La longueur du foramen magnum

-

38,3

La largeur du foramen magnum

-

31,6

Le diamètre zygomatique

-

131,3

 

La longueur de la base du visage                          

-

95,0 +(le bord                                                                                                                    &nbsnbsp;                                                                                  alvéolaire est détruit)

La hauteur supérieure du visage

-

73,0 +(le bord

alvéolaire est détruit)

La hauteur de supraorbitale à supradentale

 

75,9

La largeur supérieure de la face

 

105,3

La largeur moyenne de la face

 

120,7

L’angle facial total

 

> 90 °                                                                                                               (orthognatique ou                                                                                                                            superorthognatique)

La largeur du zygoma                                            

-                               

à droite 55,0 à gauche 56,6                                                               

La hauteur du nez

-                                        

56,5

La largeur du nez

-                                        

28,3

La hauteur de supraorbitale à subspinale

-                                        

65,7

La hauteur de selion à subspinale

-                                        

62,0

La hauteur maxillo-frontale

-                                        

13,7

La largeur simotique

-                                         

8,4

La forme de l’échancrure nasale du crâne

-                                        

1

La largeur de la base de l’échancrure nasale avant  -                                         

-                                          

8,0      

La forme du bord inférieur de l’ouverture piriforme-                    

-                    

avec la rainure de devant nasale         

La largeur de l'orbite ( de dacryon)                           

-                   

à droite-38,0  à gauche-40,5 

La largeur de l'orbite (de maxillo-frontal)                

-     

à gauche- 45,0

La largeur biorbitale                                                 

-         

100,0

La largeur biorbitale entre les points exoorbitale     

-    

101,8

La largeur interorbitale                                             

-     

 23,0

L'altitude de l’orbite                                                  

-     

 à droite-35,5   à gauche-34,0

La forme des orbites d’après M.M. Guerassimov      -                                       

 

a) carré ;         

La longueur de l'arcade alvéolaire

53,3            

48,0

La largeur de l'arcade alvéolaire             nbsp;                  

65,0                                  

63,0

La longueur du palais (jusqu’à staphylion)                     

-                                      

45,0

La largeur du palais                                                   

36,6                                   

36,3

La largeur de l'arcade dentaire au niveau de:

 

- canines                                                                    

26,5                                    

29,4

- premières prémolaires                                            

26,7                                    

25,7

- deuxièmes prémolaires                                           

33,6                                    

32,6                      

- premières molaires                                                

39,2                                     

 

34,3    

La hauteur de la partie alvéolaire                             

 

 

21,0                                       

10,0

La mâchoire inférieure

La largeur condylienne                                             

130,0                                    

122,3  

La largeur bigoniaque

103,1                                   

97,3

La hauteur du corps de la mâchoire inférieure          

32,4                                     

29,4

 

 

 

La détermination de l'âge des personnes des complexes crâniens de Louis XI et de Charlotte de Savoie:

 

Après l’étude craniométrique et la description des complexes crâniens, nous avons étudié les sutures crâniennes sur le couvercle du crâne du complexe de Louis XI et deux dents sur toutes les deux mâchoires supérieures et du crâne du complexe de Charlotte de Savoie et du complexe de crâne de Louis XI. Les sutures crâniennes ont été étudiées par des méthodes:  de Simpson, d’Olivier [1], et  par la méthode utilisée dans la criminalistique nationale, décrite par G.V. Lébédinskaya [3].

 

L’âge de l’individu, &agravagrave; qui le couvercle du crâne appartenait, était entre 60 et 70 ans. Puisque le roi Louis XI est mort en 1483 à l’âge de 61ans, en théorie, on pourrait admettre que le couvercle du crâne étudié  appartenait à son crâne. En même temps, la personne à qui le crâne du complexe de Charlotte de Savoie appartenait, pouvait avoir de 50 à 60 ans inclus, alors que l'âge de la reine était 38 ans au moment de sa mort en 1483. Par conséquent, selon l'âge le crâne ne pouvait pas appartenir à Charlotte de Savoie.

 

Pour déterminer l'âge des personnes étudiées, nous avons également étudié l'état des seules dents conservées de la mâchoire supérieure du crâne du complexe de Charlotte de Savoie et de la mâchoire supérieure du complexe de Louis XI. L’âge selon l’état des dents de la mâchoire supérieure était déterminé par la méthode de M.M. Guerassimov [2] et de Lovdjey, la modification de Novotny, Ichkan et Souzan [4,9].

 

Sur la mâchoire supérieure du complexe de Charlotte de Savoie la 5e dent (deuxième prémolaire) à gauche était étudiée. Sur la mâchoire supérieure du complexe de Louis XI la 4e dent (première prémolaire) à droite était étudiée.

 

Tableau 4.

 

Le degré de l'usure des dents de la mâchoire supérieure selon M.M. Guerassimov:

 

Le complexe de Louis XI: la 4e dent (première prémolaire) à droite – 3-4 points - l'âge 45-50 ans.

 

Le complexe de Charlotte de Savoie: la 5e dent (deuxième prémolaire) à gauche - 5 points - l'âge 60-70 ans.

 

Comme on peut le voir dans les tableaux l’état des dents ne correspond pas à l'âge de calendrier ni de Louis XI, ni de Charlotte de Savoie.

 

Ainsi, l'âge de la personne dont le crâne a été présenté à nous comme le crâne de Charlotte de Savoie était de 50 à 60 ans selon l’état cicatrisé des sutures crâniennes et selon le degré de l'usure des dents. Et c'est seulement selon l'âge ce crâne ne pouvait pas être le crâne de la reine Charlotte de Savoie.

 

L'homme dont le couvercle du crâne a été présenté à nous comme le couvercle du crâne du roi Louis XI, avait de 60 à 70 ans, dans le même temps, l'état de l'usure de la dent correspond à l’ âge maximal de 55 ans. L'étude de l’appartenance sexuelle des deux complexes crâniens a donné aussi la découverte inattendue.

 

La détermination du sexe des personnes des complexes crâniens de Louis XI et de Charlotte de Savoie.

 

L'étude de l'appartenance sexuelle était faite par nous par la méthode morphologique universellement admise qui était utilisée dans la criminalistique, décrite par V.P. Pachkova [5], et par la méthode anthropologique décrite dans l'école anthropologique nationale V.P.Alekseev, G.F. Debets [1], M. M. Guerassimov [2], G. V. Lébédinskaya [3]. L’école de M.M. Guerassimov-G.V. Lébédinskaya utilise avec succès les méthodes de diagnostic susvisées, l'auteur de cette publication s’en tient aussi à ces méthodes.

 

L'une des caractéristiques distinctives du sexe masculin, qui est visuellement bien enregistrée pendant l'étude du crâne, c'est la direction des branches ascendantes de la mâchoire inférieure. La direction des branches de la mâchoire inférieure des crânes masculins est plus verticale(droite), celle des crânes féminine est plus horizontale (oblique). Par conséquent, l’angle mandibulaire chez les hommes est plus petit (plus près de droit), celui chez les femmes est plus grand (plus près d’obtus). [5]. M. Guerassimov note une seule exception majeure à cette règle, en indiquant que l'angle mandibulaire obtus survient aussi chez les hommes, mais seulement chez les vieillards de l’âge avancé qui ont perdu de son vivant beaucoup de dents sur la mâchoire inférieure, en raison de la réduction alvéolaire et de la déformation d’âge de la forme de la mandibule [2]. Comme on peut le voir dans notre description ci-dessus, les personnes dont les crânes sont présentés dans le sarcophage de Louis XI n’avaient pas de réduction alvéolaire accusée. Et l'état du système de dents d’un seul crâne - du complexe de Charlotte de Savoie correspond à l’âge avancé. Mais l’état du système de dents du complexe de Louis XI correspond à l'âge moyen.

 

Comme nous le voyons bien sur la figure, ayant mis les mâchoires de profil, on peut voir que la mâchoire avec une teinte verte du complexe de Charlotte de Savoie a l’angle pareil à droit (fig. 10), ce qui est typique pour les crânes d’hommes. Et l'angle mandibulaire du complexe de Louis XI est pareil à obtus (fig. 8), ce qui est typique pour les crânes de femmes.

 

En outre, pour les crânes des femmes le prognathisme alvéolaire supérieur est typique, ce qui saute aux yeux d’une manière précise, quand on examine de profil la mâchoire supérieure du complexe de Louis XI et ce qui manque sur la mâchoire supérieure du complexe de Charlotte de Savoie. Ainsi, il devient évident que les mâchoires supérieure et inférieure du complexe de Louis XI ne peuvent pas lui appartenir, parce qu'elles appartiennent à une femme. Et le crâne, pris pour le crâne de Charlotte de Savoie, n'appartient pas à celle-ci, parce que les formes des angles de la mâchoire inférieure et l’orthognathisme de la mâchoire supérieure sont typiques pour les hommes. Il est aussi intéressant ce que selon les dimensions absolues (c’était visible encore visuellement dans la vitrine de l'exposition) la mâchoire inférieure d'une femme, exposée dans le complexe de Louis XI, est visiblement plus grande que la mâchoire inférieure d'un homme du complexe de Charlotte de Savoie. Cette grande massivité est aussi reflétée dans les mesures craniométriques (voir le tableau 1.2).

 

Ci-dessous, nous donnons les résultats du diagnostic de l’appartenance sexuelle selon l’analyse comparative des indices craniométriques.

 

Tableau 6.

 

L’identification du sexe selon les indices craniométriques des complexes des crânes de Louis XI et de Charlotte de Savoie (mm). La comparaison avec les dimensions de diagnostic des crânes (indices pratiquement crédibles) pendant la définition de l’appartenance sexuelle (en mm) d’après V.I. Pachkova, 1963 [5].

 

  Complexes craniologiques Les indices craniométriques
Les indices craniométriques de Louis XI de Charlotte de Savoie Homme Femme
1 2 3 4 5
La longueur de la base du crâne - 110,5 >109,0 <90,0
La largeur minimale du front - 103,8 >108,0 <86,0
La largeur de la base du crâne - 120,4 >133,0 <112,0
La largeur de la base de la nuque - 110,0 >120,0 <99,0
La longueur du foramen magnum - 38,3 >41,0 <30,0
La largeur du trou occipital - 31,6 >35,0 <25,0
Le diamètre zygomatique - 131,3 >139,0 <120,0
La longueur de la base du visage - 95,0+(le bord alvéo-laire est détruit) >107,0 <82,0
La hauteur supérieure de la face - 73,0+le bord alvéo-laire est détruit) >78,0 <59,0
La largeur supérieure de la face - 105,3 >113,0 <93,0
La largeur moyenne de la face - 120,7 >104,0 <78,0
La hauteur du nez - 56,5 >56,0 <44,0
La largeur de l'orbite (maxillo-frontale) - слева - 45,0 >48,0 <38,0
La mâchoires inférieure        
La largeur condylienne 130,0 122,3 >127,0 <105,0
La largeur bigoniaque 103,1 97,3 >122,0 <85,0
La hauteur du corps de la mâchoire inférieure 32,4 29,4 >41,0 <27,0
 

 

 

Conclusion: Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, la grande majorité des indices  craniométriques du crâne du complexe de Charlotte de Savoie occupent une position moyenne entre les valeurs craniométriques masculines et féminines. Cependant, la longueur de la base du crâne et la largeur moyenne de la face se rapportent aux grandes valeurs masculines de ces indices. Si nous supposons que сe crâne appartient quand même à une femme il nous faudra admettre qu’elle avait un grand visage hommasse avec le nez long et large qui  créerait la disproportion évidente du visage de cette femme.

 

Aucun des indices de la mâchoire inférieure du complexe de Charlotte de Savoie n’a pas donné la caractéristique sexuelle distinctive. Leurs valeurs sont situées au milieu entre les valeurs authentiquement masculines et féminines. L'auteur estime que ce crâne appartenait plutôt à un homme avec les proportions moyennes de la face et de la tête, et avec cela en cas du visage d' homme, le nez qui n'était pas très grand selon les valeurs absolues, se distinguait tout de même en raison des valeurs moyennes de la partie moyenne du visage. Le tableau où les paramètres craniométriques des deux complexes crâniens sont comparés avec les valeurs absolues, indiquées dans l'ouvrage de G. V. Lébédinskaya, témoigne de l’appartenance de la grande mâchoire inférieure du complexe de Louis XI au crâne de femme, parce que les valeurs de la largeur condylienne sur les crânes de femme sont d’habitude plus grandes que sur ceux d’homme, ce qui coïncide avec la forme féminine de la même mâchoire. Parmi les autres caractéristiques sexuelles dans les deux complexes des crânes il faut noter le relief de la mâchoire supérieure du crâne du complexe de Charlotte de Savoie, l’asymétrie prononcée des fosses canines, la grande profondeur visible de la fosse canine gauche, l’inégalité et la rugosité des zygomas. Tout cela sont les signes du sexe masculin.

 

En outre, quand on expose de profil le crâne et la mâchoire inférieure du complexe de Charlotte de Savoie la non-conformité évidente des arcades alvéolaires saute aux yeux. (voir fig. 10). L’arcade alvéolaire de la mâchoire inférieure ressort en avant très visiblement comme quand on a la mésiocclusion en gradins [2,4]. Avec cela il faut noter que les têtes des branches de la mâchoire inférieure (verte) selon la forme des surfaces articulaires conviennent bien aux fosses mandibulaires (fossa mandibularis) du crâne. Deux zygomas verts, trouvés par nous dans le sarcophage de Louis XI, ont également une inégalité clairement prononcée et la rugosité de la surface, ce qui est typique pour les crânes d’hommes. Cette raison ne nous a pas donné la possibilité de rapporter les fragments indiqués, ainsi que les fragments de l'os temporal vert aux  parties manquantes du crâne facial du complexe de Louis XI. D’autre part, cette non-conformité et selon la couleur et selon le sexe fait supposer  l'existence de la troisième personne du sexe masculin, à qui les os indiqués peuvent appartenir.

 

Les faits établis:

 

1) les sources historiques témoignent que le roi Louis XI préparait réellement Notre-Dame de Cléry, comme sa sépulture possible - " la chapelle royale"

 

2) des informations précises sur les funérailles du roi dans la basilique Notre-Dame de Cléry le 6 septembre 1483 sont manquantes, il n’y a pas de description, d’indication de l'emplacement du tombeau.

 

3) dans les sources historiques les données détaillées de la mort et du rite de l’office des morts de la reine Charlotte de Savoie ont été conservées. Mais ni Philippe de Commines [6], ni les specialistes contemporains, qui ont bien étudié l’histoire de France de l’époque du roi Louis XI et sa biographie personnelle, ne donnent pas les témoignages documentaires indiquant le lieu de son enterrement le 14 décembre 1483 justement dans la basilique de Notre-Dame de Cléry.[7,8].

 

4) dans la sépulture royale, située pratiquement au centre de la basilique, directement à gauche du monument réalisé par Michel Bourdin en 1617-1622 il y a deux sarcophages – petit pour un enfant et un sarcophage pour un adulte. Le couvercle du sarcophage pour un adulte est fait plus tard que le sarcophage lui-même. Ainsi, le couvercle authentique, peut-être avec une épitaphe, manque.

 

5) dans le sarcophage, destiné à un adulte il y a les restes des squelettes de deux personnes – d’un homme et d’une femme.

 

6) parmi les os de deux squelettes dans le sarcophage de l’adulte il y avait 4 fragments du crâne de couleur verte.

  

Conclusions:

 

1) Le crâne considéré comme  celui de Charlotte de Savoie, sans le couvercle, appartient à un homme à l’âge de 50 à 60 ans;

 

2) Les mâchoires supérieure et inférieure considérées comme celles de Louis XI appartiennent à une femme avec une grande partie inférieure du visage et le menton saillant en avant avec des dents bien conservées au moment de la mort. La seule dent avec un bon émail blanc peut avoir approximativement  45-50 ans selon le degré de l’usure.

 

3) Le couvercle du crâne, considéré comme celui de Louis XI, appartient à un homme à l’âge de 60 à 70 ans.

 

4) Deux zygomas et deux fragments de couleur verte, découverts par nous dans le sarcophage du roi, appartiennent à un autre homme, dont les parties du crâne étaient en contact avec la mâchoire de couleur verte, exposée dans la vitrine comme celle de Charlotte de Savoie.

 

5) La mâchoire inférieure de couleur verte et le crâne représentant la reine Charlotte de Savoie appartiennent à deux personnes du sexe masculin.

 

6) La mâchoire inférieure et le reste des os verts pouvaient être longtemps en contact les uns avec les autres ou en contact avec la matière de la même nature chimique.

 

7) Ainsi dans le sarcophage de l’adulte dans la sépulture royale de la basilique de Notre-Dame de Cléry il y a les restes d'au moins quatre personnes adultes: des hommes - 1) le crâne considéré comme celui de Charlotte de Savoie, âgé de 50 à 60 ans, 2) les zygomas de couleur verte 3) la mâchoire inférieure verte du complexe de Charlotte ; une femme - les mâchoires supérieure et inférieure du complexe de Louis XI. 4) Le couvercle du crâne appartient à un homme à l’âge de 60 à 70 ans, le sexe selon le couvercle n’était pas établi au moment décrit de l'étude. 5) la deuxième vertèbre cervicale avec l’inscription  «Tanneguy du Châstel».

 

8) Si un des crânes masculins pouvait être celui de Louis XI, les débris du crâne féminin ne pouvaient nullement être ceux du crâne de Charlotte de Savoie, parce que celle-ci est morte à l'âge de 38 ans, et les mâchoires de la femme dans le sarcophage témoignent de l'âge 45-50 ans.

 

9) Nous estimons que le fait de la présence de deux squelettes des adultes, de sang royal, dans le même sarcophage, destiné à une personne, c’est une variante peu naturelle de la sépulture pour le roi Louis XI et son épouse, Charlotte de Savoie, parce que le Dauphin Charles VIII, disposait des possibilités et du temps pour préparer un sarcophage particulier pour sa mère, en cas de nécessité.

 

Interprétation de l'information reçue:

 

Puisque nous avons découvert le fait de la non-conformité des complexes crâniens pour les deux personnes selon les crânes desquelles il fallait produire les reconstructions plastiques, nous avions le problème d'identifier les restes. Il fallait répondre à quelques questions:

 

1) Premièrement, comprendre à qui sont les crânes ou les restes des crânes exposés dans la vitrine du sarcophage du roi Louis XI?

 

2) Y a-t-il réellement le crâne du roi Louis XI parmi  les crânes exposés et étudiés par nous ?

 

3) S’il n’y a pas de crâne de la reine Charlotte parmi les crânes exposés, où se trouvent les restes de la reine - peut un squelette de femme couché dans le sarcophage à côté du squelette d’homme être celui de la reine ?

 

4) Pourquoi dans la sépulture royale assez grande, où il y a suffisamment d'espace pour mettre deux sarcophages pour deux adultes y a-t-il seuleument un sarcophage pour l’adulte et un sarcophage pour l'enfant?

 

5) A qui est l'enfant enterré dans le sarcophage d'enfant, qui était-il ? Et pourquoi était le sarcophage dans la sépulture royale, alors qu’on sait que les enfants de Louis et de Charlotte: Jérôme et François ont été enterrés longtemps avant la mort de leurs parents. Et ils sont morts à l’ âge puéril, c'est-à-dire, ils n'avaient pas besoin de sarcophage de telle dimension ?

 

6) Les squelettes de quelles personnes se trouvent-ils dans le grand sarcophage dans la sépulture royale ? Et si ce sont vraiment les squelettes du roi Louis et de sa femme, Charlotte de Savoie, pourquoi sont-ils dans le même sarcophage ? Alors où est le sarcophage de la reine, et où est son crâne?

 

Cependant, pour répondre définitivement à cette question, pour comprendre quel des crânes est vraiment celui du roi, il était nécessaire de faire l’étude d'identification et d'étudier tous les os dans la sépulture royale, de comprendre comment les restes des autres personnes s’y sont trouvés. Tous les os trouvés, de nouveaux faits découverts étaient présentés à la Commission de la mairie et de l'église (fig. 11). Les descriptions de chaque trouvaille étaient faites, elles étaient enregistrées, tous les objets trouvés étaient photographiés, parfois tournés sur une pellicule, étudiées, les moules des trouvailles les plus intéressantes étaient faits pour la fabrication des moulages. Le travail d’identification des restes du roi Louis XI et de Charlotte de Savoie se déroulait de septembre 2001 jusqu’à mars 2002. Cet article commence une série de publications consacrées à ce travail et pour la première fois offre à la communauté scientifique et au grand public les faits et les résultats obtenus.

 

 

Fig.11. Le 28 août 2001. L'étude des crânes (temps de travail) du caveau de Louis XI. Je pose la question au doyen de la basilique de Notre Dame de Cléry au père R.Leroy.

 

Bibliographie:

 

1.V.P. Alekseev, G.F. Debets.La craniométrie. Méthode de recherches anthropologiques - Moscou: Science, 1964 – 128p.

 

2. M.M. Guerassimov. La reconstitution faciale selon le crâne (homme moderne et fossile.) / / Travaux de l'Institut de l’ethnographie de l’AS de l’URSS. Nouvelle série, volume XXVIII. Moscou, 1955 – P.121.

 

3 . G.V. Lébédinskaya. La reconstruction faciale selon le crâne (Guide méthodique). - Moscou: Vieux jardin, 1998 – 124p.

 

4. G.V. Lébédinskaya. La reconstruction faciale selon le crâne (Guide méthodique). - Moscou: Vieux jardin, 1998 – 22p.

 

5. V.I. Pachkova. Les essais de l’ostéologie médico-légale. La détermination du sexe, de l'âge et de la taille selon les os du squelette humain - Moscou:.. Medguiz, 1963 - 155p.

 

6.Philippe de Commynes. Mémoires, Le Livre de Poche. Brodard & Taupin, Paris, 2001 - Page.478.

 

7. Louis Jarry. Histoire de Cléry et de l'église collégiale et chapelle royale de Notre-Dame de Cléry. Orléans, H. Herluison, 1899 -. Page 430. Réédition à 2001.

 

Heers 8.Jacques. Louis XI. Le métier de roi. Perrin, 1999. - Page339-340: ANKK69, Comptes de l'Hôtel de Charlotte de Savoie, fol.. 71 v °. Ibid., F ° s 29v °, 166V °, 123, 134 à 147,150.

 

9. Novotny V., Iscan MY, Loth SR morphologique et évaluation ostéométrique de l'âge, le sexe et la race du crâne. L'analyse médico-légale du crâne. Analyse craniofaciale, Reconsrtruction et Identification.71-88. Wiley-Liss. Nouvelle-York.1993.

 

 

Notes :

 

*Lа deuxième traduction de mon texte – il s’agit de mon article «L’étude craniologique des crânes du sarcophage du roi de France Louis XI (1461+1483) dans la sépulture (caveau) de la basilique de Notre-Dame de Cléry, dans la ville de Cléry-Saint-André, le département Loiret, France.», que j’ai écrit en 2002. La première traduction est realisée en  France dans la rédaction du revue «Moyen Age» en 2002. Voir plus bas.