La version officielle française de l’histoire de Jeanne d’Arc

 

Les thèses principales de la version officielle de l’histoire

de Jeanne d’Arc :

 

(les auteurs  de la source première : Jean de Gerson ( Charlier ), Christine  de Pizan, Perceval de Boulainvillier, Alain Chartier, Jilles de Rais,  Jean Bréhal, Chapelain, Jules Michelet, Jules Quicherat et d’autres)

 

 

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867). Jeanne d’Arc au sacre de Charles VII  dans la cathédrale de Reims. Juillet 17, 1429. 1854. Huile sur toile. 240 x 178. Louvre, Paris

 

1.     La guerre de Cent Ans (1337 – 1453) entre l’Angleterre et la France c’est la continuation au niveau d’état de l’ancien conflit dynastique entre les Plantagenêts anglais et les Capétiens français et puis Valois.

2.     La cause principale de la guerre de Cent Ans était la prétention commune des deux maisons régnantes royales (française et anglaise) à la possession des vastes territoires en France : du duché de  Normandie, du duché de Guyenne (Aquitaine), du duché d’Anjou et de Maine. D’un part ils étaient la propriété personnelle des héritiers de la couronne anglaise provenant d’Henri II, duc d’Anjou (1154+1189) et de Normandie et d’Aliénor, duchesse d’Aquitaine après leur mariage en 1154 ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ De l’histoire de la France en 3 volumes sous la rédaction d’A. Z. Manfrede.-Moscou : Science, 1972 – Table chronologique. P. 331). Mais d’autre part, ils étaient des terres françaises ethniques, la partie naturelle de la France.

3.     A cause de l’origine française de ces terres la lutte des rois français pour ces territoires et leur réunification avec la France était une lutte juste. La lutte des souverains anglais pour ces territoires était une lutte injuste.

4.     Dans cette guerre les Anglais étaient des agresseurs, les Français étaient des victimes de l’agression.

5.     Les Anglais ont envahi perfidement la France en 1337, ayant utilisé (HF_en_3_v_1972_P.123.) la décadence économique de la France.

6.     A cause de l’agression anglaise les vastes territoires étaient annexés de la France durant 1337-1456 :  au sud-ouest le duché d’Aquitaine, la partie des terres au Languedoc,  la Normandie qui restait nominalement le territoire vassal de la couronne française, mais au fait elle était contrôlée complètement par la couronne anglaise. Ces conquêtes du rois anglais Edouard III (1327-1377) étaient fixées officiellement dans le traité de paix à Bretigny en 1360 (HF_en_3_v_1972_P.132.)

7.     Pourtant 15 ans après cette paix les Français ont reconquis de nouveau la plupart de ces territoires et l’Angleterre possédait seuleument la côte entre Bordeaux et Bayonne (HF_en_3_v_1972_P. 132.)

8.     En 1380, le roi Charles VI atteint d’aliénation (13+1422) est monté sur le trône. ( Pascal Arnoux. Philippe Ier – Roi de France de 1060 à 1108. Histoire des Rois de France et des chefs d’Etat.- Paris : Editions ROCHER. 2011.- Page 170.)

9.     Dès que la dynastie des Lancastre s’est affermi sur le trône anglais, les Anglais ont envahi de nouveau la France en 1415. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P. 137.)

10.     Le 25 octobre 1415 près d’Azincourt ( au sud de Calais ) l’armée chevaleresque des Armagnacs était défaite ( le duc de Bourgogne avait l’intention d’agir ensemble avec les Anglais ) et de nouveau plusieurs féodaux français, y compris le duc d’Orléans étaient tués et capturés. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe  siècles/ HF_en_3_v_1972_P. 137.)

11.     Ensuite les Anglais ont envahi l'Anjou et le Maine ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe  siècles/ HF_en_3_v_1972_P. 137.)

12.     La France est restée sans l’armée et l’argent pour la guerre. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.137.)

13.     Le duc de Bourgogne est devenu le souverain indépendant dans son duché comme dans presque toutes les terres d’est de la France. De plus, il possédait les riches régions à cette époque de l’Europe occidentale -  les Pays Bas. En tâchant de garder cette position, il a conclu une alliance avec les Anglais. C’était une vraie trahison d’Etat. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe  et  XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

14.     Pour la population de la France les Bourguignons sont devenus bientôt tels ennemis comme les Anglais d’abord au nord et puis partout. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe  siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

15.     Après leurs succès militaires les Anglais ont imposé à la France les conditions infâmes de la paix ( le traîté à Troyes. 1420 ). Elle a perdu l’indépendance nationale et est devenue la partie du royaume unifié anglo-français.

La traîtresse principale du royaume était la reine l’étrangère Isabeau de Bavière ( octobre 1370, Munich – le 24 septembre 1435, Paris ). Aux pourparlers à Troyes elle a confié que  le dauphin Charles VII n’était pas le fils du roi Charles VI, mais né de l’union libre avec le duc Louis d’Orléans, frère du roi. Au total, le roi aliéné n’a pas reconnu la paternité et a éloigné publiquement le dauphin Charles  de sa famille comme de la succession de la couronne.

16.     Du vivant de Charles VI, Henri V est devenu le gouverneur de la France, puis le trône devait passer au fils du roi anglais et de la princesse française, au futur Henri VI. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et Xve siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

17.     Le dauphin Charles (futur Charles VII) était écarté de la succession. (A.D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P. 138.)

18.     Mais la mort a atteint Henri V en 1422 dans la plénitude de ses forces ; quelques mois après Charles VI est mort aussi. (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_ P.138.)

19.     Malgré aux conditions du traité, Charles VII s’est proclamé le roi de la France (1422-1461). (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux  XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

20.     Les Anglais et le duc de Bourgogne ont reconnu Henri VI de dix mois pour le roi de la France et de l’Angleterre. Son oncle le duc anglais de Bedford a commencé à gouverner au lieu de lui. (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

21.     Le Nord de la France était occupé par les Anglais; à l’est leurs possessions s’alliaient étroitement aux possessions du duc de Bourgogne. Le duc de Bretagne était aussi l’allié des Anglais. Le territoire de Charles VII était réduit aux provinces situées au centre du pays, au sud (Languedoc) et au sud-est (Dauphiné). La province  Poitou sur le côte de Biscaye, serrée entre la Bretagne et les possessions autour de Bordeaux, appartenait aussi au roi. (A.D Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P. 138.)

22.      Sur les terres conquises par les Anglais la lutte active de partisan s’est déroulée. La population française a répondu par la lutte farouche. (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139.)

23.     La résistance populaire était provoquée par la situation extrêmement difficile de la population des territoires occupés. Les nouveaux seigneurs percevaient strictement toutes les exactions féodales, les nouvelles autorités percevaient des contributions et des impôts, les actions militaires ont ruiné à l’excès la population de village. (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.138.)

24.     Henri V a commencé tout de suite à distribuer des fiefs français aux chevaliers et barons anglais, il a peuplé certains ports en Normandie seuleument par les Anglais. De ce fait, pour les Français perdant leurs possessions il n’y avait qu’un moyen de retourner dans les pays natals, c’était la lutte jusqu’à la victoire. (A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139.)

25.     Le territoire envahi ne donnait pas à Bedford  assez de moyens pour lutter contre  les résistants. On pouvait trouver une issue à l’aide d’un nouveau mouvement victorieux et de la conquête des nouvelles régions pas si dévastées. Dans ce but la prise d’Orléans a été conçue. (A.D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139.)

26.     En octobre 1428 une petite armée comprenant les détachements et les forces arrivés de l’Angleterre et réunis dans les garnisons normandes est arrivée  près d’Orléans et a commence à élever les fortifications autour de lui. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

27.     Cette nouvelle a épouvanté tous les Français. ( A. D. Lublinskaya. HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

28.     Si les Anglais avaient pris Orléans et avaient traversé la Loire, ils n’auraient pas rencontré les villes très fortifiées sur leur voie. ( A. D. Lublinskaya. HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

29.     Dans le cas si les forces anglaises s’étaient mises en marche à leur rencontre du sud-ouest, de Bordeaux, les troupes de roi, serrées de deux côtés, se seraient trouvées en situation difficile. Et de plus, elles ne pouvaient pas être nombreuses : dans la récente bataille de Verneuil  (août 1424) l’armée française de 15000 hommes a essuyé une grave défaite. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

30.    A ce temps extrêmement dangereux pour la France une jeune fille de paysan Jeanne d’Arc a su se mettre à la tête de la lutte du peuple contre les envahisseurs étrangèrs et obtenir le tournant décisif de la guerre. ( A.D.Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

31.     Jeanne d’Arc est née en 1412 dans le bourg Domrémy tout à la frontière de la France  et de la Lorraine. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

32.     Vers 1428 la guerre a roulé aussi jusqu’à ces confins. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

33.     Jeanne souffrait beaucoup en voyant les malheurs qui s’en ont pris à sa Patrie. (A.D.Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

34.     Peu à peu la conviction mûrissait en elle qu’elle doit partir chez Charles VII et se mettre à la tête de l’armée pour chasser les Anglais de la France. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

35.    « Dès l’adolescence elle avait les visions, entendait les voix, causait avec les anges et les saints... La jeune fille avait alors de seize à vingt ans. Maintenant ses voix plus que jamais lui parlaient du dauphin, du royaume destiné à lui par le Dieu, des ennemis – les Anglais et Bourguignons qu'il était nécessaire de chasser » ( E. Perroi, --2006, p.358.)

36.   «  Dès son enfance Jeanne sentait sa destination lui donnée par le Dieu d’être la libératrice de la France, elle entendait les voix mystiques qui l’avaient appelée à l’accomplissement de cette mission». ( M. Ts. Arzakanian, A. V. Réviakine, P. Y. Ouvarov. La France aux XIVe – XVe siècles/ Histoire de la France – le manuel pour les écoles supérieures de la Fédération de Russie., 2005, P.86.)

37.     La nouvelle du siège commencé d’Orléans l’a forcée à se décider à faire ce pas. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en-3_v_1972_P.139-140.)

38.     Elle est venue dans la cité la plus proche Vaucouleurs, a su obtenir l’aide des habitants et du commandant du château. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

39.     Ayant traversé les régions occupées par les Anglais et les Bourguignons, elle est arrivée à Chinon chez Charles VII. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

40.     Partout le peuple connaissait déjà elle-même et ses promesses et croyait en elle. ( A.D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

41.     Elle était mise à la tête de l’armée, entourée des meilleurs capitaines aguerris. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

42.     Ils ont cru aussi en elle, en voyant ses succès étonnants et en observant l’enthousiasme que la jeune fille courageuse et généreuse allumait aux coeurs des combattants. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

43.     Jeanne a vite appris la tactique simple de ce temps et sa forte intelligence naturelle et son esprit d’observation perçant l’ont aidée à s’orienter dans la situation. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

44.     En outre, elle était toujours en avant de tous dans les plus dangereux endroits et les combattants s’y jettaient après elle. ( HF_en_3_v_1972_P.139-140.)

45.     A la fin d’avril Jeanne est arrivée avec une armée à Orléans. TP. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

46.     L’armée anglaise n’était pas assez grande pour cerner la ville et les fortifications près de la ville étaient assez loin les unes des autres. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

47.     Pendant quatre jours ces forts ont été pris un à un par les Français et le 8 mai – ce jour est désormais célébré à Orléans – les Anglais sont parties. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

48.     C’était la première grande victoire après de nombreuses défaites et de longues années de l’humiliation nationale. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

49.     Dans tout le pays la gloire de Jeanne s’est répandue. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

50.     Après la prise  des forteresses sur la Loire, Jeanne est allée avec Charles VII à Reims, où le couronnement solennel a eu lieu. TM. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

51.     C’était un fait de la grande importance morale et politique. Maintenant les Français avaient leur souverain légitime incarnant la souverainité nationale, non seuleument aux yeux du peuple mais aussi dans l’avis des princes et des habitants des autres pays de l’Europe. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

52.     La renommée de Jeanne a augmenté extraordinairement. TM. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

53.     Les gens, les villes, l’armée l’ont vue non seuleument comme le sauveur de la patrie, mais aussi  le chef de file. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

54.     On demandait son opinion à tout propos. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

55.     Sa popularité extraordinaire éloignait dans l’ombre non seuleument les conseillers du roi mais aussi lui-même. C’est pourquoi Charles VII et son entourage ont commencé à montrer la méfiance croissante à Jeanne. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

56.      En mai 1430  dans une escarmouche à Compiègne, où  Jeanne est venue en aide à la ville assiégée par les Bourguignons, elle a été  capturée. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

57.     Le duc de Bourgogne a vendu sa captive aux Anglais pour 10000 pièces d’or. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

58.     A la fin de 1430 Jeanne a été conduite à Rouen. (HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

59.     Le tribunal inquisitorial dont les juges étaient les Français  - protégés des Anglais, l’a accusée d’hérésie et de sorcellerie. (HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

60.     Jeanne, abandonnée de tous,  se défendait courageusement et a essayé  de s’évader. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

61.     Les Anglais avaient à tout pris à la condamner comme une sorcière – puis le sacre de Charles VII aurait perdu sa signification. ( HF_en_3_v_1972P.139-142.)

62.     Le 30 mai 1431 Jeanne a péri sur le bûcher. ( HF_en_3_v_1972_P.142.)

63.     Mais la cause qu’elle a commencé n’est pas perdue. ( HF_en_3_v_1972_P.142.)

64.     L’armée française remportait une victoire après l’autre victoire. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.142.)

65.     Et le duc de Bourgogne a pris le parti du plus fort : en 1435 il a conclu une alliance avec Charles VII. ( HF_en_3_v_1972_P.139-142.)

66.     L’armée permanente payée a été formée et le système fiscal a été réformé. Au lieu de subventions temporaires les permanents impôts directs et indirects ont été introduits. ( HF_en_3_v_1972_P.142.)

67.     Bientôt, les Anglais ont perdu Paris, Rouen, la Normandie, Bordeaux – et cette fois pour toujours. Seuleument Calais est restée dans leurs mains jusqu’à 1558. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_V_1972_P.142.)

68.     En 1453 , la guerre était finie, elle a coûté au peuple français de victimes innombrables. Mais c’est au peuple que le rôle principal dans l’expulsion des Anglais appartenait. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.142-143.)

69. En 1455 – 1456, après l’expulsion définitive des Anglais Charles VII a ordonné une revision du procès  de 1431. Jeanne a été déclarée non coupable de sorcellerie. ( A. D. Lublinskaya. La guerre de Cent Ans et les soulèvements populaires aux  XIVe et XVe siècles/ HF_en_3_v_1972_P.142-143.)

70.     En 1920, Jeanne d’Arc a été canonisée par le pape Benoît XV comme Sainte Jeanne.

 

Les sources principales utilisées pour cet aperçu – compilation:

 

М.Ц. Арзаканян, А.В.Ревякин, П.Ю. Уваров. Франция в XIV - XV  в./ История Франции – учебник для вузов РФ. – Москва: Дрофа, 2005, С. 86.

Наталья Басовская. Столетняя война: леопард против лилии. – М.: ООО «Издательство Астрель»: ООО «Издательство АСТ», 2003. – 428 с.,  [4] . ил. – (Историческая библиотека).

И.Р. Григулевич. Жанна Д’Арк – героиня, «колдунья», святая/Инквизиция. – 3-е узд. – Москва: Политиздат, 1985. – С. 211-226.

Н.Ф.Колесницкий. Наступление англичан. Патриотическое движение. Жанна д’Арк/ Франция  в XI-XV вв./История средних веков: Учеб. Для студентов ист. Фак. Пед. Ин-тов. Под редакцией Н.Ф. Колесницкого.- 2-е изд. Испр. И доп. – Москва: Просвещение, 1986.- С.211-212.

 А.Д.Люблинская. Конец Столетней войны/ Столетняя война и народные восстания ХІV-XV векав/«История Франции» под  ред.. ак. А.З.Манфреда. – Москва: Наука, 1972 – С.140-141.

Р.Перну, М.-В.Клэн. Жанна д’Арк. – Москва: Издательская группа «Прогресс», «Прогресс-Академия», 1992. –  С. 275-276.

 Э.Перруа. Жанна д’Арк/ Французский реванш (1429-1444 гг.)/Столетняя война.-Санкт-Петербург: Евразия, 2002. – С.359.]. (461 с прил.).

 Н.А.Хачатурян. Жанна д’Арк – народная героиня. /Франция  в XI-XV вв./История средних веков. В 2 т. Т. І: Учеб. Для вузов по спец. «История» под ред.. З.В.Удальцовой и С.П.Карпова.- Москва: Высшая школа, 1990.- С. 255-256

 Pascal Arnoux. Histoire des Rois se France et des chefs d’état.- Paris: éditions ROCHER, 2001- Page 170.

 Régine Pernoud. Jeanne d’Arc par elle-même et par ses témoins. – Paris : éditions du Seuil, 1962. – 333 р.

 Pernoud Régine et M. V. Clin «Jeanne d’Arc», Paris, Fayard, 1986

 

Notes :   Les thèses principales. ( Les thèses des sources russes sont composées en romain, les thèses des sources officielles françaises sont mises en relief en italique.

Le mensonge non dissimulé  est souligné par l’auteur de l’aperçu. )

 

TM – la transposition des mots – le mensonge à l’aide de la transposition des places des mots – la manipulation imperceptible extérieurement de la conscience du lecteur. On communique un fait historique évident, avec cela on introduit Jeanne à la première place de la proposition à la mention d’un événement. Cela crée l’illusion de son influence et de son initiative. С'est une désinformation par voie du déplacement des accents.